A coup sûr, avec de la grenaille


Texte et photos : Gunther Stoschek

Un renard gravement atteint par la galle, quasiment aveugle, qui erre en plein jour, désorienté, à la limite du village. Un blaireau heurté par une voiture qui cherche à s’abriter sous un tas de bois. Que faire si, à proximité d’un village, on est soudain confronté à de telles situations et que l’on ne porte que  sa carabine de gros calibre ?

Le tir à la carabine, pour des raisons de sécurité, ne sera possible que dans de rares cas. Rien que dans les dernières années toute une série d’accidents aux conséquences dramatiques  nous ont montré combien étaient imprévisibles les ricochets et les éclats des projectiles tiré dans les carabines.

Avec un coup à grenaille par contre, particulièrement avec des billes en plomb, le risque de ricochets est non seulement davantage prévisible, mais la distance où elles restent dangereuses, largement inférieure. On peut partir de la règle de base selon laquelle le plomb de 3 mm, d’un usage universel, lors d’un tir d’environ 30 degrés vers le haut, n’atteint qu’une distance maximale de 300 mètres, de sorte que le caractère dangereux sera encore minimisé en retombant sur un sol recouvert de végétation ou empierré. Quoi qu’il en soit il est indispensable, y compris avec le coup plomb, de toujours garder en vue les risques et danger éventuels.

Die meisten kombinierten Jagdwaffen werden heute mit Schrotläufen in den Kalibern 20/76 oder 12/70 ausgestattet. Beide Schrotkaliber erfüllen ihren Zweck ausgezeichnet.
Die meisten kombinierten Jagdwaffen werden heute mit Schrotläufen in den Kalibern 20/76 oder 12/70 ausgestattet. Beide Schrotkaliber erfüllen ihren Zweck ausgezeichnet.
Die meisten kombinierten Jagdwaffen werden heute mit Schrotläufen in den Kalibern 20/76 oder 12/70 ausgestattet. Beide Schrotkaliber erfüllen ihren Zweck ausgezeichnet.
Die meisten kombinierten Jagdwaffen werden heute mit Schrotläufen in den Kalibern 20/76 oder 12/70 ausgestattet. Beide Schrotkaliber erfüllen ihren Zweck ausgezeichnet.
Büsche sind kein ausreichender Kugelfang für Büchsengeschosse. Dank des Schrotlaufes der Bockbüchsflinte konnte dieser von Räude schwer gezeichnete Fuchs dennoch sicher erlegt werden
Büsche sind kein ausreichender Kugelfang für Büchsengeschosse. Dank des Schrotlaufes der Bockbüchsflinte konnte dieser von Räude schwer gezeichnete Fuchs dennoch sicher erlegt werden

Comme il n’est guère possible, sur le terrain de porter à la fois une carabine et un fusil, la solution du mixte superposé redevient plus que jamais d’actualité. Plus particulièrement pour tous eux qui ne fréquentent pas exclusivement un territoire en tant qu’invités mais en tant que gestionnaire, qui en a la responsabilité. Tous verront alors dans leur mixte bien plus qu’un simple outil fiable servant à réaliser les plans de chasse. Rien que la certitude de pouvoir compter toute l’année durant et quelle que soit la situation rencontrée sur le terrain sur son arme, rend un mixte aussi attrayant. Le fait que les mixtes superposés et les drillings modernes sont, au point de vue maniabilité, sécurité et précision quasiment équivalents  aux carabines à un canon, aide à faciliter la décision d’acheter une telle arme.

Für die Raubwildbejagung und für Fangschüsse ist Bleischrot immer der Vorzug zu geben. Im Gegensatz zu Stahlschrot besteht hier so gut wie keine Rückpraller-Gefahr, zudem ist die Durchschlagskraft und damit die Tötungswirkung höher
Für die Raubwildbejagung und für Fangschüsse ist Bleischrot immer der Vorzug zu geben. Im Gegensatz zu Stahlschrot besteht hier so gut wie keine Rückpraller-Gefahr, zudem ist die Durchschlagskraft und damit die Tötungswirkung höher

Acier ou plomb ? La sécurité au premier plan !

L’exigence de plus en plus pressante de renoncer à la grenaille de plomb en zone humide a sans doute sa justification. Contrairement au tir sur plateaux d’argile où la grenaille d’acier est  devenue en maints endroits la norme sans engendrer d’inconvénients majeurs, à la chasse il convient d’être plus réservé. Alors qu’avec le plomb une distance de tir maximale de 40 m était considérée comme raisonnable, avec l’acier on ne devrait jamais tirer sur du gibier à plus de 30 mètres. Sur le renard et le blaireau, dans des situations comme celles décrites plus haut, il est expressément déconseillé d’utiliser de l’acier : pas seulement en raison d’une moins bonne couverture de la gerbe qui nécessite, avec l’acier, le recours à un diamètre supérieur des billes, mais aussi à cause du plus grand danger de rebond de l’acier. Tous ceux qui au parcours de chasse ont tiré sur le Rabitt sur fond empierré en savent quelque chose, eux qui ont ressenti combien pouvaient être douloureux de tels plombs  pourtant de petites taille, de 2,4 mm, arrivant sur eux en retour et ils peuvent imaginer les risques élevés de blessures avec les grenailles d’acier conseillés pour la chasse de 3,2 à 3,7 mm. Lors de toutes les discussions sur le renoncement aux grenailles de plomb nous ne devrions jamais perdre de vue cet important facteur lié à la sécurité en faveur du plomb.